"Les produits Scaleway nous correspondent, puisqu'ils sont développés sur mesure pour le cloud" - Henrik Tudborg de KeepFocus

Deploy
James Martin
Temps de lecture 5 min

La gestion de l'énergie dans les bâtiments publics et privés est une question de plus en plus cruciale, non seulement pour optimiser les ressources, mais aussi pour répondre aux exigences réglementaires. Au Danemark, pays d'origine de KeepFocus, comme dans de nombreux pays membres de l'UE, les compteurs intelligents sont obligatoires pour tous les nouveaux bâtiments et pour toutes les rénovations importantes. Pourquoi cette entreprise danoise a-t-elle migré d'une solution sur site vers Scaleway ? Henrik Tudborg, responsable du développement de l'entreprise, nous l'explique.

Qu'est-ce que KeepFocus ?

KeepFocus est une plate-forme et un service permettant de gérer tous les aspects de la gestion des bâtiments, ainsi qu'un outil de visualisation de la consommation regroupée en différents segments, de sorte que vous pouvez descendre jusqu'aux compteurs individuels, ou remonter jusqu'aux appartements, aux bâtiments et aux clients entiers. Vous pouvez générer des rapports spécifiques ou standardisés pour vérifier, par exemple, si vous êtes sur la bonne voie en ce qui concerne votre consommation de CO2.

Au Danemark, la loi exige que les nouveaux bâtiments résidentiels soient équipés de ces solutions de comptage, et qu'ils soient ajoutés lors de rénovations importantes (pour les bâtiments plus anciens). Nous allons plus loin grâce à notre hardware de collecte de données sur site, qui vous permet de collecter des données à une fréquence d'un échantillon par mètre et par heure.

KeepFocus appartient désormais à la société danoise Wise Home. Toutes nos installations sont danoises, et donc notre chiffre d'affaires aussi. Nous avons aujourd'hui environ 450 clients, principalement dans le secteur du logement privé, et une cinquantaine dans d'autres secteurs, comme les usines (secteur privé) et les municipalités (secteur public). Dans le secteur public, les municipalités ont généralement besoin d'un aperçu énergétique de l'ensemble de leur parc immobilier (dans ce cas, non résidentiel, c'est-à-dire les bureaux, les jardins d'enfants, etc.) Dans le secteur privé, nous travaillons avec des clients de petite et grande taille, qui gèrent de 10 à 7000 appartements, ainsi qu'avec des clients industriels, comme des usines.

Pourquoi KeepFocus a-t-elle migré vers Scaleway?

Auparavant, nous étions on-premise, avec notre propre centre de données dans le bâtiment voisin de notre bureau. Nous nous développions en ajoutant des serveurs dans ce centre. Lorsque la 'vague' du cloud a déferlé, nous avons commencé à expérimenter avec AWS, GCP et Digital Ocean. Puis j'ai été embauché il y a quatre ans et demi, avec pour mission de mettre de l'ordre dans tout cela. Nous avions beaucoup de microservices, tous déployés de différentes manières. Nous voulions nous assurer que l'histoire du déploiement était la même pour tous nos microservices. Cela a conduit à la conteneurisation de l'ensemble, à la fois pour notre infrastructure de base, et pour nos tests de GCP, AWS & DO.

Il est vite devenu évident qu'avoir du personnel sur site pour notre propre centre de données était stupide, car ce n'était pas rentable pour une petite entreprise comme la nôtre. Nous avons donc essayé de déterminer le type d'infrastructure dont nous avions besoin. L'une de nos principales exigences était de pouvoir louer du bare metal ; le faire avec AWS aurait été très coûteux, environ dix fois plus cher que Hetzner ou Scaleway.

Un grand nombre de nos bases de données avaient été mises en place de manière très autonome : nous avions deux clusters PostgreSQL sur deux machines physiques. Toutes nos bases de données étaient regroupées sur la même machine, de sorte que différentes applications se connectaient aux mêmes machines. C'est une bonne façon de fonctionner pour une petite entreprise, mais ce n'est pas une bonne solution si vous voulez passer à AWS, car vous n'auriez alors qu'à créer une base de données gérée par application.

Nous disposions également d'une tonne de données réparties d'une manière qui aurait nécessité une très grande base de données avec les fournisseurs classiques de services en nuage. En règle générale, vous choisissez le niveau dont vous avez besoin, et nous avions besoin d'un stockage très rapide, d'une quantité décente de mémoire et de peu d'espace de calcul. Mais avec les plus grands fournisseurs cloud (CSP), vous ne pouvez pas choisir. Choisir la base de données dont nous avions besoin aurait donc été coûteux, car nous aurions également dû prendre beaucoup de choses dont nous n'avions pas besoin.

Donc le besoin de customisation était aussi important que le prix ?

Hetzner et Scaleway étaient non seulement nettement moins chers, mais ils nous permettaient également de choisir la configuration matérielle qui convenait à nos besoins. Le facteur décisif pour Scaleway a été votre offre Kubernetes gérée ; vous aviez un peu plus de services gérés que ce que nous recherchions. Depuis, Scaleway a ajouté de plus en plus de services gérés, dont certains que nous voulons essayer. De plus, la façon dont Scaleway développe ses produits est plus 'cloud-like' que Hetzner, donc plus adaptée à nos besoins, car cela nous donne plus de flexibilité. Nous ne savons pas de quoi nous aurons besoin à l'avenir, mais il y a plus de chances que Scaleway proposera une option gérée pour cela.

Pourquoi Kubernetes est-il particulièrement utile pour vous ?

Nous avons 40 applications microservices différentes qui doivent se parler : cela fait beaucoup de variables pour une équipe de cinq personnes. Le principal avantage d'un service géré est que Scaleway doit le réparer en cas de problème ! Cela signifie également que nous ne pouvons pas le réparer nous-mêmes… Mais il fonctionne généralement assez bien pour que nous puissions orchestrer nos applications sans avoir à nous préoccuper des machines sous-jacentes. Si nous n'avions qu'une seule application, ce serait différent ! Kubernetes est également utile pour la nature déclarative de la façon d'orchestrer nos applications ; être capable d'abstraire des choses comme l'endroit où se trouve une application, et comment entrer en contact avec elle, est super pratique pour nous.

En quoi vos choix de fournisseur cloud sont-ils mieux adaptés à vos clients du secteur public ?

La principale différence est que le secteur public se soucie beaucoup plus des détails concernant la manière dont les données sont stockées et l'endroit où elles sont stockées. Le GDPR est donc essentiel pour eux. Cela a été l'un des facteurs déterminants dans notre choix d'un CSP européen. Il est tellement plus facile d'expliquer à nos clients du secteur public qu'ils peuvent avoir confiance dans le fait que leurs données sont situées en Europe, détenues par une société européenne… et invisibles aux autorités américaines ! Si nous ne répondons pas à ces exigences, ils ne peuvent pas nous choisir.

Au moment où le GDPR est entré en vigueur, nous avons eu beaucoup de travail pour documenter tous nos sous-traitants et déterminer lesquels étaient américains et si nous pouvions encore les utiliser ou si nous devions trouver un fournisseur européen. Nous avons dû vérifier toutes nos données et la manière dont elles étaient utilisées par nos applications, afin de nous assurer que les données restaient en Europe à tout moment.

Aujourd'hui, les données personnelles ne franchissent jamais de frontière en dehors de l'Europe. Le seul cas où nous utilisons encore un fournisseur américain est celui de l'envoi de données vers AWS S3, une fois qu'elles ont été cryptées sur les serveurs de Scaleway. C'est ainsi que nous stockons les sauvegardes de nos bases de données, mais AWS ne détient pas la clé de ces sauvegardes. C'était un point important pour le secteur public. Nous avons également dû cesser d'utiliser GCP pour transmettre par proxy les données des machines de notre parc de compteurs (via le centre de données de GCP à Francfort), car il n'y avait aucun moyen de garantir que les données ne passeraient pas par Google aux États-Unis.

Ainsi, nous avons aujourd'hui désactivé toute notre orchestration d'applications chez AWS & GCP. Nous avons un peu de trafic qui passe par des fournisseurs US, mais c'est des données proxy et cryptées. Donc nous avons effectivement migré toute notre activité de traitement de données chez Scaleway.

Quelles autres spécificités du secteur public devez-vous prendre en compte ?

Le reporting est également très important pour le secteur public. Ils utilisent nos rapports pour savoir s'ils sont sur la bonne voie pour atteindre leurs objectifs, par exemple si leurs bâtiments sont en dessous d'un certain seuil en termes d'émissions de CO2. Nous sommes capables de traduire des données provenant de différentes sources - pompes à chaleur, chauffages au gaz, chauffages électriques ou chauffage urbain - en un chiffre commun de mesure de l'énergie.

Nous avons également travaillé sur le "nudging ", pour inciter les locataires à consommer moins. Par exemple, dans un immeuble résidentiel danois, chaque appartement est équipé d'un écran tactile qui indique la consommation d'énergie et les moyens de la réduire, notamment en se comparant à un appartement de taille équivalente. Nous avons constaté que cette méthode est bien plus efficace pour réduire la consommation d'énergie que la découverte de la facture à la fin du mois.

Quelles seront vos prochaines priorités ?

Wise Home (qui a acquis KeepFocus en juin 2023) est focalisé sur le logement, et les données de facturation pour les locataires, et cette tendance est appelée à se poursuivre. Cela comprendra des intégrations avec d'autres services, ainsi qu'une collaboration avec des associations et des clients plus modestes, afin d'aider les propriétaires d'immeubles à naviguer dans la jungle juridique que représente actuellement le calcul d'une facture pour un locataire. Les calculs de chauffage sont particulièrement difficiles ici au Danemark (l'eau et l'électricité le sont moins). On peut donc dire que nous avons du pain sur la planche !

Share on
Other articles about: